Bataille de Mollwitz, 10 avril 1741, par Youenn Michel

samedi 28 avril 2007 par Nicofig

Illustration sous forme d’imagerie héroïque par Günther Dorn

Le Prussien est l’attaquant ; l’Autrichien se déploie en premier.

Rappel explicatif des chiffres : Les généraux ont 1 ou 2 de charisme (ils ajoutent +1 ou +2 dés lors des tests de moral, mais aussi de mêlée, etc.) Les unités M1 sont des conscrits ou des troupes à faible moral ; les M2 sont des troupes moyennes, au moral et à l’entraînement normaux ; les M3 sont de l’élite ; les M4 la crème de la crème, les unités de la Garde. « Bt » signifie bataillon, « rgt » :régiment, « esc » escadron.

Ordre de bataille prussien

Toutes les unités d’infanterie ont la règle Infanterie prussienne.

Première ligne (Erstes Treffen) :
- Aile gauche : Feldmarschall von Schwerin Gn (S) 2

- Brigade du colonel von Posadowsky (1)

**5 esc de dragons de Platen (n°1), M2

**1 bataillon de grenadiers Puttkamer (12/4), M3

**5 esc de cuirassiers du Prince Frédéric, margrave de Brandebourg-Schwedt (n°5), M1

- Brigade du major général von Jeesse (1)

**1 bataillon de grenadiers Buddenbrock (20/22) M3

**1 bt de grenadiers Reissniz (13/19) M3

**2 bts du rgt de mousquetaires von Schwerin (n°24) M2

- Brigade du major général et Margrave Charles (1)

**2 bts du rgt du prince Léopold (n°27) M2

**2 bts du rgt von Truchsess (n°13) M2

- Aile droite : Le Roi Gn (O) 2

- Brigade du lieutenant général von der Marwitz (1)

**1 bt du rgt von Kalckstein (n°25) M2

**2 bts du rgt du Margrave Charles (n°19) M2

**2 bts du rgt von Kleist (n°26) M2

**1 bt du rgt de la Garde (n°15) M4

**1 bt de grenadiers de Kleist (1/25) M3

- Brigade du lieutenant général von der Schulenburg (1)

**3 escadrons du rgt de carabiniers de Wartensleben (cuirassiers n°11) M1

**1 bt de grenadiers de Winterfeldt (5/21) M3

**2 escadrons du rgt de carabiniers (n°11) M1

**1 escadron du rgt des gens d’armes de Pannwitz (cuirassiers n°10) M1

**1 bt de grenadiers de Bolstern (3/27) M3

**3 escadrons de dragons de Schulenburg (n°3) M2

Deuxième ligne (zweites Treffen) : général d’infanterie prince Léopold d’Anhalt-Dessau Gn (S) 2

- Brigade du major général von Bredow (1)

**6 escadrons du rgt de dragons de Bayreuth (n°5) M2

**2 bts du rgt de mousquetaires von Sydow (n°23) M2

**2 bts du rgt von Bredow (n°7) M2

**1 bt de grenadiers von Saldern (8/36) M3

- Brigade du major général Prince Henri (1)

**2 bts du rgt du margrave Henri (n°12) M2

** 2 bts du rgt von Graevenitz (n°40) M2

** 2 bts du rgt von Klasenapp (n°1) M2

** 2 bts du rgt von Borcke (n°22) M2

** 5 escadrons du rgt de dragons Schulenburg (n°3) M2

Réserve :

- 3 escadrons du Leibcorps des hussards de Zieten (n°2), irréguliers, M2

- 1 batterie de canons lourds

- 3 batteries de canons moyens (répartir éventuellement en plus 5 canons légers « à la suédoise » dans la première ligne d’infanterie).

Soit en tout d’après le budget 1671 points.

Ordre de bataille autrichien

Général en chef : Feldmarschall comte de Neipperg Gn (O) 2 Aile gauche : Feldmarschall-Lieutenant baron von Römer Gn (O) 2

- En première ligne, brigade du général major baron Lentulus (1)

**5 escadrons du rgt de dragons Althann (n°1) M2

**5 escadrons du rgt de cuirassiers Geherr (n°12) M2

**5 escadrons du rgt de cuirassiers Hohen-Ems (n°4) M2

- En 2e ligne, brigade du général major comte de Franckenberg (1)

**5 escadrons du rgt de dragons de Römer (n°37) M2

**5 escadrons du rgt de cuirassiers Lanthiery (n°25) M2

**5 escadrons du rgt de cuirassiers de Birkenfeld (n°23) M2

Au centre : Feldmarschall-Lieutenant baron Göldy Gn(I) 1

- Brigade de gauche, 1ere ligne, Feldmarschall-Lieutenant comte Grünne (1)

**2 bts du rgt François de Lorraine (n°1) M1

**1 Bt du rgt Schmettau (n° ?, jamais immatriculé) M1

**1 Bt du rgt Botta (n°12) M1

**1 bt du rgt Browne (n°36) M1

- Brigade de droite, 1ere ligne, Feldmarschall-Lieutenant comte Browne (1)

**1 bt du rgt Kollowrath (n°17) M1

**2 bts du rgt Baden (n°23) M1

**1 bt du rgt O’Guilvy (n° ? jamais immatriculé) M1

**1 bt du rgt Charles de Lorraine (n°3) M1

- Brigade de gauche (2e ligne), général major comte Kollowrath (1)

**1 Bt du rgt vieux Daun (n°45) M1

**2 Bts du rgt Thüngen (n°57) M1

- Brigade de droite, 2e ligne, général major baron von Rheul (1)

**1 bt du rgt Grünne (n°26) M1

**2 bts du rgt Harrach (n°47) M1

Aile droite : Feldmarschall-Lieutenant baron von Berlichingen Gn (I) 1

- Brigade de 1ere ligne, général major baron Philibert (1)

**5 escadrons du rgt de cuirassiers Cordova (n°14) M2

**5 escadrons du rgt de dragons Liechtenstein (n°6) M2

**5 escadrons du rgt de dragons Batthuiànyi (n°7) M2

- Brigade de 2e ligne, général major prince Birkenfeld (1)

**5 escadrons du rgt de cuirassiers Hohenzollern (n°3) M2

**5 escadrons du rgt de dragons Württemberg (n°38) M2

Réserve :

**5 escadrons de hussards Ghilànni, irréguliers, M2

**5 escadrons de hussards Splénni, irréguliers M2

**1 batterie de canons moyens

**1 batterie de canons lourds

Soit en tout d’après le budget : 1 258 points. Mais si on applique la règle optionnelle de jouabilité pour les fantassins autrichiens, on passe à 1 402, ce qui est peut-être plus raisonnable, mais moins historique. De toute manière la bataille sera dure pour les Autrichiens !

Carte issue de l’ouvrage de Christopher Duffy, p. 236.

La présence du régiment n°10 n’est pas attestée par toutes les sources, aussi je ne l’ai pas fait figurer dans l’ordre de bataille (les Prussiens sont assez nombreux comme ça !). La supériorité prussienne est forte : 31 bataillons (16 800 hommes), 29 escadrons (4 000 cavaliers), 500 hussards, 50 pièces, soit 21 600 hommes. Les Autrichiens n’ont pour eux que la force de leur cavalerie : 16 bataillons (10 000 hommes), 55 escadrons (8 000 cavaliers), 1 000 hussards, 10 pièces, soit 19 000 hommes en tout. (tous ces chiffres sont bien sûr les estimations les plus vraisemblables). Les pertes furent plus fortes chez les Prussiens : 4 699 ou 4 850 environ, dont 190 officiers (les sources divergent), contre 4 328 ou 4 551 pour les Autrichiens, dont 223 officiers. Durant la bataille, les Prussiens s’emparèrent aussi de 8 canons et 17 drapeaux.

Reproduction d’une carte tirée de l’atlas des batailles de Von Rothenburg paru en 1835. La carte illustre les positions finales de l’armée prussienne, lorsque les lignes autrichiennes se sont mêlées puis ont commencé à se décomposer avant la retraite ordonnée par Römer. La date donnée comporte une coquille, il faut lire 1741 et non 1742.

Bibliographie :
- Christopher Duffy, The army of Frederick the Great, seconde edition, Emperor’s press, Chicago, 1996. Sans doute le meilleur ouvrage sur la question.

- Joachim Engelmann et Günther Dorn, Die Schlachten Friedrichs des Grossen, Führung, Verlauf, Gefechts-Szenen, Gliederung, Friedberg, 1991.

- Brent Nosworthy, The anatomy of victory, Battle tactics 1689-1763, New York, 1992.

- Denis E. Showalter, The wars of Frederick the Great, Longman, Londres et New York, 1996. Les illustrations proviennent de plusieurs sites d’histoire militaire sur le net.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 257646

Site réalisé avec SPIP 1.9.2a + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSRoyalfig RSSLes scénarios   ?

Creative Commons License