Campaigns and Battles from the Age of Reason : Volume II, par Gilles Boué

jeudi 26 avril 2007 par Nicofig

Enfin, la seconde édition de scénarios pour AOR a été publiée, depuis deux mois aux EU, elle est enfin disponible en Europe (Caliver Books pour 27€ port inclus). Quoi de neuf dans cet horrible fascicule d’un jaune de mauvais aloi. Il ne faut pas se laisser arrêter par la couverture éminemment maritime de l’ouvrage il y a bien plus que des histoires de bateaux . Le livret (format A4) est divisé en quatre parties 1. “Warfare at Sea in the Age of Reason” et “naval scenarios” 2. la campagne du Brunswick en 1759 3. l’époque de Marlborough (règles et amendements, listes d’armées d’AoR) 4. 9 scénarios (de la WAS à l’AWI)

* “Warfare at Sea in the Age of Reason” et “naval scenarios” Cette règle navale est le complément des Sports of Kings et autres variantes nécessaires à une approche globale de l’Age des lumières. Elle se présente classiquement , dans l’esprit d’AoR et reprend la forme de la règle « terrienne » dans ses principes. Tous les joueurs qui ont déjà poussés des bateaux (Iron men etc.) ne seront pas déboussolés par les mécanismes du jeu : mouvements liés aux vents, tirs plus ou moins efficaces, abordages etc. La seule remarque négative que je ferai (sans avoir jouer d’ailleurs) est l’obligation intrinsèque de tenir une comptabilité précise sur des petites cartes à photocopier des pertes et autres incidents de parcours. De plus, il n’y a pas de feuille cartonnée récapitulative des actions et tableaux , la feuille est à faire par vous même en photocopiant le livret (deux pages seulement). Les scénarios sont réduits au minimum (Ceylan 1759 et La Havane 1748). Les premiers échos sur la liste AoR , laissent à penser que le système de jeu est opérationnel mais surprend par la longueur nécessaire à faire couler un adversaire. Tod Kershner y a répondu par la lenteur et la durée des batailles navales qui se résolvaient en plusieurs heures.

* la campagne du Brunswick en 1759 Une belle carte simplifiée de l’Allemagne centrale introduit cette seconde partie. La campagne est prévue sur 14 jours et oppose les Français aux Anglo-alliés. Le principe de jeu est une application intermédiaire entre Sport of Kings et le développement d’une phase opérationnelle d’AoR autour de l’idée : comment en arriver à une bataille qui ne soit plus le fait du hasard mais la composante des mouvements des différents protagonistes sans être obliger d’utiliser SoK. Le système est suffisamment sain pour être adaptable et reproductible pour d’autres campagnes ( et d’autres époques), il inclut une séquence de jeu au niveau opératif : mouvements, manœuvres d’avant bataille, repli d’avant bataille, détermination de la bataille, retraite et avance d’après bataille. C’est un compromis idéal pour le célèbre serpent de mer qu’est la « campagne du club » qui mobilise les énergies de tous pour des résultats souvent décevants.

* l’époque de Marlborough (règles et amendements, listes d’armées d’AoR) Nous abordons ici le cœur du nouveau livret et le principal intérêt de celui-ci. L’adaptation d’AoR à la WSS est en effet un véritable gain qualitatif. La règle de base reste AoR mais avec des modifications sur les points suivants : charges de cavalerie (règles nationales adoptées), dragons montés et démontés, manœuvres d’infanterie , feux d’artillerie groupés, conducteurs d’artillerie, armes spéciales (piques, baïonnettes , canons à trois fûts, plastrons de cavalerie , infanterie montée et infanterie suédoise pour la GNW). Des règles optionnelles de contrôle et commandement apparaissent en liaison avec les listes d’armées. On peut aussi adopter des règles de mouvements cachés, de modification des terrains . Un dernier paragraphe insiste sur un des aspects les plus décourageants quand on souhaite jouer la WSS, c’est le fait que les combats étaient avant tout des GROSSES BATAILLES, et chaque joueur sait combien il est difficile avec AoR de dépasser la dizaine de brigades à gérer. Le meilleur est pour la fin : un remarquable travail sur les listes d’armées. En suivant le format simplissime d’AoR, les nouvelles listes sont enrichies de notes infrapaginales qui donnent vraiment un goût différent à chaque armée. Quelques exemples : la cavalerie apparaît comme pouvant charger suivant trois procédures historiques, CT charge au trot, CT-p charge au trot avec tir de pistolets, FrC charge à la française au choix CT-p ou « droit devant à fond la caisse » mais avec un certain désordre. Un tableau très bien fait permet de connaître les proportions à respecter dans l’armée alliée, dans la liste française se trouvent des bataillons de grenadiers mais la petite note en bas de page nous apprend que : pour les grenadiers ne sont disponibles que dans deux cas ; un bataillon de grenadiers pour 12 bataillons d’infanterie ou si il y a dans le scénario un village, un retranchement , un pont à prendre dans la zone ennemie de déploiement. Les listes couvrent toutes les armées concernées par la WSS plus la Russie et la Suède pour la GNW. Cet effort de recherche et d’adaptation des résultats de celle-ci à la règle de jeu tactique méritent l’achat du livret.

* 9 scénarios (de la WAS à l’AWI) Les 9 scénarios sont très originaux et complets : un historique, des règles spéciales des listes d’armée et un plan de déploiement le tout complété par une bibliographie (de base et peu savante cependant , faisant la part belle aux publications plus ou moins partiales des historiens anglo-saxons). Les scénarios proposés sont les suivants : - Velletrei ; 1744 : autrichiens contre napolitains et espagnols - Campo Santo : 1743, espagnols contre austro-piémontais - Madonna del Omo : 1744, franco-espagnols contre piémontais - Klostercamp : 1760 (une partie du champ de bataille) français contre alliés - Krefeld : 1758 , Français contre alliés - Sanderhausen : 1758, français contre allemands (hanovriens et hessois) - Wilhemsthal : 1762 français contre alliés - Warburg : 1762, français contre alliés (anglo-hanovriens) - Camden : 1780, américains contre anglais

On pourra noter l’absence (dommageable) de scénarios WSS ou GNW.

Le livret se termine par quatre pages de réponses de Tod Kershner et Dale Wood sur des questions posées par la règle de base.

Gilles Boué


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 257646

Site réalisé avec SPIP 1.9.2a + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSRoyalfig RSSLes règles de jeu RSSAge of Reason   ?

Creative Commons License