Les particularités des listes japonaises, par David Coulon et Fred Devaux

mercredi 18 avril 2007 par Nicofig

Historique

Jusqu’à l’arrivée des Portugais en 1542, le Japon vécu dans l’isolement le plus complet. Les armées japonaises ni l’armement du soldat n’évoluèrent avant le milieu du XVIe siècle. L’introduction de l’arquebuse modifia sensiblement et définitivement la façon de guerroyer du Japon médiéval. En effet, du XIIe au XVIe siècle, les armées n’étaient pas organisées de la même manière qu’en Europe. Il n’existait pas de bataillons ni de régiments. L’unité de base restait l’armée du seigneur (Daimyo) qui était levée grâce au système du koku. Le koku était en réalité la mesure de riz nécessaire pour nourrir un homme pendant une année entière. Les samouraïs (littéralement « celui qui sert ») étaient classés en fonction de la richesse de leur fief comme les comtes et les barons en Europe féodale. Ceux qui avaient un revenu de 10.000 koku ou plus étaient des Daimyo. Entre 9.500 et 100 koku on trouvait les chefs (Hatamoto). En dessous de 100, on trouvait la grande masse des vassaux du seigneur (Go-kenin). Chaque catégorie devait en fait pourvoir à son entretien en fonction de sa richesse. En 1649, un hatamoto avec un revenu de 300 koku devait entretenir à ses frais, 1 samouraï (de rang Go-Kenin), 1 lancier, 1 serviteur, 1 porteur d’armure, 1 porteur de sandales, 1 porteur d’hasamibako et 1 porteur de bagage. Un hatamoto avec un revenu de 2000 koku devait entretenir 8 samouraïs (de rang Go-Kenin), 2 porteurs d’armure, 5 lanciers, 4 serviteurs, 4 porteurs de bagage, 1 porteur de sandales, 2 porteurs -d’hasamibako, 1 archer, 2 arquebusiers, 2 porteurs de nourriture, 1 porteur de no-dachi, 2 chefs d’ashigaru et 1 porteur de chapeau de pluie. Les non-combattants étaient tout de même équipés avec des armes fournies par l’hatamoto. Il n’y avait pas de règles précises sur ce que devait fournir un vassal et cela variait considérablement en fonction des circonstances. Par exemple en 1592, lors de l’invasion de la Corée, Toyatami Hideyoshi réclama aux seigneurs de Kyushu d’entretenir 6 hommes par tranche de 100 koku. A l’époque de la bataille de Sekigahara le ratio était de 3 hommes par tranche de plusieurs centaines de koku. Certains damyo organisait leur armée. Ce fut le cas de Hojo Ujiyatsu qui se préoccupa de structurer sa garde personnelle. Elle était composée de 48 sections de 20 soldats commandées chacune par un capitaine. Chaque section se divisait en compagnie ; 6 compagnies avaient 7 sections et une compagnie n’en avait que 6. Au milieu du XVIe siècle il y avait quatre types de troupes : les cavaliers (Kibamusha), les samouraïs les archers (Yumi), les Ashigaru et enfin les arquebusiers (Teppo). En 1592, l’armée que le clan Shimazu envoya à la conquête de la Corée comprenait 1.500 archers, 1.500 arquebusiers, 300 lanciers. L’armée de campagne de Matsuura Kakemono en Corée comptait 120 samouraïs à cheval, 450 samouraïs à pied, 370 arquebusiers, 110 archers, 150 lanciers, 120 officiers, 800 hatamoto et 880 non-combattants. Les armées japonaises n’étaient pas énormes, elles dépassaient rarement plus de 10.000 combattants. Les batailles de Nagashino et Sekigahara constituent une exception. Les affrontements ressemblaient la plupart du temps à des mélées confuses ou on se battait individuellement. Chaque samouraï pouvait d’ailleurs lancer un défi à un adversaire avant que la bataille ne s’engage. Les soldats étaient disposés par clan sur le champ de bataille ce qui permettait d’éviter tous les problèmes de commandement. Le général en chef s’installait avec son état-major à un endroit précis (maku) et ne bougeait plus durant tout l’engagement. Il pouvait contrôler ses troupes en utilisant des drapeaux, des trompettes ou des messagers. Hideyoshi avait 29 messagers qui portaient une sashemono dorée Il fallut attendre l’apparition des armes à feu (durant la période Sengoku) pour qu’un semblant de tactique et de stratégie militaire commence à voir le jour.

L’artillerie ne fit son apparition qu’aux alentours de 1551/1552. Le grand seigneur Otomo Yoshizumi s’était vu offrir par les Portugais deux superbes pièces d’artillerie qu’il essaya en vain d’imiter. Les canons ne furent pas utilisés dans les batailles rangées car ils étaient très peu maniables et d’une efficacité plus que douteuse. Les Japonais les utilisaient surtout pour assiéger les châteaux. Pour prendre le château d’Osaka, Tokugawa utilisa plus de 300 canons de toutes sortes.

L’organisation du clan

Le joueur doit obligatoirement constituer son armée par clans. Un clan est composé d’un nombre variable d’unités. Une fois les unités obligatoires choisies, le joueur peut prendre d’autres unités qui composent le clan ou des unités optionnelles s’il lui reste assez de points ou alors constituer un nouveau clan.

Sur la table de jeux, le joueur devra déployer son armée par clan. Il ne sera pas autorisé à disperser les unités faisant partie d’un même clan.

Ils existaient de nombreux clans japonais dont les principaux furent ceux de Shimazu, Mori, Oda, Uesugi, Hojo, Takeda, Imagawa, Sogabe et Otomo. Certains clans avaient leur spécificité comme par exemple le clan Takeda qui disposait d’une nombreuse cavalerie, le clan d’Oda Obunaga préférait au contraire utiliser beaucoup d’arquebusiers. C’est pourquoi le joueur pourra choisir des « avantages de clan ».

NOMS AVANTAGES POINTS
« Cavalerie d’élite »+ 2 dés au combat ajoutés à la valeur totale de l’unité 0
« Archer d’élite »Possibilité de rejeter un dé de tir raté0
« Arquebusier d’élite »Possibilité de doubler le nombre d’arquebusiers autorisé0
« Fin stratège »Possibilité pour un clan d’avoir un général en second avec 9 de commandement0
« Garde du corps »Possibilité de mettre 2 unités de samouraïs d’un clan en ténacité 2+ 10
« Fiabilité douteuse »les unités du clan coûtent moins chères (-5 pts pour légère et moyenne et – 10 pour le reste) mais à partir de 25 % de pertes du clan jetez un D6 par valeur d’aggravation. Sur un résultat de 6 les deux unités s’enfuient.Variable
« Orgueil de clan »Lors du jet de cdt jetez un D6 blanc et un D6 de couleur. Si le dé de couleur donne 6 = l’ordre est réussi mais les unités du clan avanceront du maximum de mouvement autorisé vers l’ennemi le plus proche.0
« Messager »Le clan disposera de nombreux messagers pour transmettre les ordres : -1 au dé pour un jet de commandement. Cet avantage ne peut être choisi qu’une fois par clan.0
« Héros »Un clan pourra disposer de héros qui se trouveront placés dans une unité choisie par le joueur. Cette unité aura + 1 dé à l’attaque au premier round de combat0
« Reconnaissance »Le clan dispose de 10 points de reconnaissance 20

Déploiement du clan

  • 1) Les unités d’un même clan ne peuvent pas être distantes de plus de 10 cm au moment du déploiement. Une fois la bataille engagée, on ne tiendra plus compte de cette distance.
  • 2) Le général en chef de l’armée devra obligatoirement être placé au centre de la table et il restera immobile durant toute la partie.
  • 3) L’armée japonaise peut choisir une formation parmi les six suivantes. Tant que la formation historique est respectée (à vérifier à chaque tour), les généraux de l’armée bénéficient d’un bonus de +1 à leur commandement. :
    • a) Ganko : C’est une formation mixte assez souple qui permet une tactique offensive ou défensive. Les unités sont déployées sur toute la largeur de la table avec les arquebusiers ou les archers placés en première ou dernière ligne. La formation se compose de plusieurs lignes en profondeur qui fournissent un soutien durant l’attaque.
    • b) Hoshi : C’est une formation d’attaque. L’objectif étant de briser le centre de l’armée ennemie. 80 % des unités sont déployées en profondeur au centre de la table avec si possible un écran d’arquebusiers ou d’archers et les deux flancs sont refusés et faiblement protégés.
    • c) Katana : C’est une formation d’attaque. L’objectif est d’écraser un des flancs de l’armée ennemie. 60 % des unités sont déployées sur un flanc (au choix du joueur) le reste au centre et sur l’autre flanc.
    • d) Kakuyoku : C’est une formation d’attaque. L’objectif est d’encercler l’armée ennemie. 20 % des unités sont déployées au centre. 40% des unités sont déployées sur chaque flanc et doivent essayer de tourner l’adversaire.
    • e) Engetsu : C’est une formation de défense. Les unités sont déployées en demi lune sur toute la largeur de la table.
    • f) Shogigashira : C’est une formation d’attaque. Toutes les unités de tireurs sont déployées en première ligne. Les autres unités sont déployées derrière sur la largeur de la table et progressent protégées par les tireurs.

Clan « historique »

Si les joueurs désirent organiser leur clan historiquement, ils pourront utiliser les pourcentages suivants pour constituer leur armée.

Types/ClansTakedaUesugiHojoOdaMoriShimazuImagawa
Cavalerie35 %15 %15 %10 %15 %15 %15 %
Samouraïs30 %30 %30 %30 %35 %25 %25 %
Arquebusiers10 %15 %15 %30 %15 %15 %15 %
Ashigarus25 %40 %40 %30 %35 %45 %45 %

Télécharger ce document au format Word.

Word - 42.5 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 257245

Site réalisé avec SPIP 1.9.2a + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSAsiafig RSSLes règles de jeu RSSDe Sumer à Constantinople   ?

Creative Commons License