La chiliarquie équestre à l’époque d’Alexandre III de Macédoine ( 336- 323 av. JC ) par David Coulon

dimanche 15 avril 2007 par Nicofig

Navigation rapide

LA CHILIARCHIE EQUESTRE A L’EPOQUE D’ALEXANDRE III DE MACEDOINE (336-323 av-jc)

D. Coulon

La cavalerie macédonienne d’Alexandre le Grand compte en 334, l’escadron royal (agèma des Compagnons), 7 ilai de Compagnons, commandés par l’Hipparque Philotas fils de Parménion et 4 ilai de sarissophoroï-Prodromoï. A la fin de l’année 331, Alexandre élabore une réforme pendant son séjour à Suse qui consiste à diviser chaque ilè (escadron) en deux lochoï, d’une centaine d’hommes environ, l’hécatostys. De 325 à 323, l’hécatostys demeure l’unité administrative de la cavalerie comme le lochos pour l’infanterie. Après l’exécution de Philotas et de son père Parménion à la fin de l’année 330 av-jc, Alexandre décida de répartir la cavalerie macédonienne en deux Hipparchies, commandées l’une par Héphaistion, l’autre par Cleitos le Noir. Cette réforme semble rendre permanente une institution déjà existante, la " tétrarchie Hippique ".

En 324, revenu à Suse, Alexandre procéda à un remaniement. Avant 324, il existait quatre Hipparchies et Alexandre en ajouta alors une cinquième, amalgamant à l’ensemble de la cavalerie macédonienne des recrues iraniennes. Cette réforme de la cavalerie déplue beaucoup à de nombreux officiers macédoniens qui voyaient d’un mauvais oeil les barbares entrer dans l’arme la plus prestigieuse de l’armée. Alexandre qui se réservait le commandement de l’escadron royal avait regroupé le reste de la cavalerie macédonienne (sarissophoroï compris) en quatre divisions de 600 hommes chacune. Cette nouvelle structure beaucoup plus souple que l’ancienne s’adaptait mieux à la guerre dans les Hautes Satrapies. A la bataille de l’Hydaspe (été 326), Alexandre aligne cependant cinq Hipparchies : celle de Cratère, d’Héphaistion, de Perdiccas, de Démétrios qui avec l’escadron royal et diverses formations iraniennes et scythes franchissent le fleuve avec le roi, et enfin de Coïnos. Le roi commande directement 1000 archers à cheval. On aurait ainsi à l’aile droite macédonienne l’ilè basilikè, les hipparchies d’Héphaistion et de Perdiccas, et les hippotoxotai Daha ; à l’aile gauche, l’hipparchie de Démétrios et une formation temporaire, composée uniquement d’Orientaux et placée sous le commandement de Coïnos qui auparavant commandait une taxis de Pézhétaires.Entre 326 et 324, on a donc quatre hipparques en exercice (Coïnos meurt à l’automne 326). Il est certain que la cavalerie macédonienne entre 326 et 324 était divisée en quatre hipparchies, les auxiliaires orientaux pouvant, le cas échéant, former une cinquième hipparchie. Alexandre à donc certainement incorporé un nombre indéterminé d’Orientaux et nous savons qu’en Asie le roi ne conserva que 2.000 cavaliers soit 350 par hipparchies si l’on ne compte pas l’escadron royal. Il n’est absolument pas certain comme l’affirme l’historien Anglo-Saxon W.W Tarn, Alexander the Great, Cambridge 1948, pp 164-165, que l’effectif de chaque unité fut porté à 1000 cavaliers ni que la création de ces hipparchies ait été élaboré à Taxila. Le général en chef de cette cavalerie, après le roi semble avoir été Héphaistion qui était le seul à porté le titre de Chiliarque. Alexandre avait donc unifié le commandement de la cavalerie et l’avait confié à son ami Héphaistion mort en novembre 324 au cours d’un festin à Ecbatane. La Chiliarchie équestre est un commandement en chef de la cavalerie et elle n’a rien à voir avec la Chiliarchie aulique (l’équivalent de Grand Vizir). Après la mort d’Alexandre en 323 Perdiccas reçut la Chiliarchie aulique et la charge de curateur (prostatès) des rois. Il laissera à Séleucos le contrôle de toute la cavalerie.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 257372

Site réalisé avec SPIP 1.9.2a + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSClassicfig RSSArticles   ?

Creative Commons License